Observer les oiseaux en hiver — Petit guide pratique

Nos hivers ont aussi leurs rigueurs pour les oiseaux de chez nous. Les journées raccourcissent, les nuits sont plus longues, les grands froids s’installent et la nourriture se fait rare ou se retrouve enfouie sous la neige. Les arbres dénudés n’offrent que peu de protection contre les vents et les prédateurs.

 

Et l’Almanach des fermiers prévoit pour cette année un hiver encore plus rigoureux qu’à l’habitude. Des froids extrêmes sont attendus à partir du Plateau laurentien jusqu’aux Grands Lacs,  tandis que la côte du Pacifique et les Maritimes connaîtront des températures oscillant près de la normale. Et ceux qui s’attendaient à un hiver de plus sans trop de neige seront bien déçus. Février devrait connaître des précipitations importantes, et ce, à travers le pays. La question suivante se pose alors : comment aider nos amis les oiseaux à survivre à l’hiver?

Comprendre les habitudes hivernales des oiseaux

Afin de mieux aider les oiseaux durant la saison froide, il est bon de connaître leurs propres façons de subvenir à leurs besoins l’hiver. Les oiseaux qui hivernent chez nous savent d’instinct se protéger des froids les plus intenses. Ils gonflent leur plumage pour augmenter le volume d’air entre leurs plumes. Cela crée un espace isolant qui les protège du froid. Ils enfouissent leur bec sous leurs ailes. Ils encaissent un surplus de matières grasses afin de générer plus de chaleur corporelle. Ils vont même se mettre à trembler afin d’augmenter la température de leur corps. Trembler pour un oiseau lui permet d’augmenter jusqu’à cinq fois la température normale de son corps. Faute de trembler, il verra sa température chuter brusquement, le laissant dans un état d’hypothermie. En tremblant, l’oiseau peut même entrer dans une forme de torpeur (état d’inconscience) afin d’économiser son énergie. Son métabolisme ainsi réduit, l’oiseau requiert moins de calories pour se garder au chaud. Par contre, cet état de torpeur représente un danger pour l’oiseau en le rendant moins alerte, donc plus vulnérable aux dangers. Afin de survivre de façon sécuritaire à une journée d’hiver, il lui importe donc de maintenir un métabolisme élevé grâce à son apport alimentaire. Même si les oiseaux ont tout pour s’adapter aux rigueurs de nos hivers, ils n’y parviennent pas toujours. Un petit coup de pouce de notre part peut leur être salutaire.

Voler au secours des oiseaux

Assurez-vous que vos mangeoires soient propres et bien garnies, de sorte que les oiseaux y trouvent une source accessible et régulière d’alimentation. Les graines oléagineuses et autres matières grasses leur assurent un apport énergétique essentiel pour survivre à l’hiver. Le tournesol noir, le nyjer et les arachides constituent un choix excellent pour leur apport en gras et en protéines, de même que les pains de suif. À base de graisse de bœuf, ces derniers peuvent contenir des graines variées, des noix ou des fruits et constituent un mets des plus énergisants dont les oiseaux raffolent. Enfin, prévoyez tout autour de la maison des endroits où les oiseaux peuvent se réfugier. Il s’agit par exemple de cabanes ou encore d’espaces aménagés sous les branches des conifères afin de protéger les oiseaux des vents et rafales.

En plus de protéger les oiseaux, ces quelques conseils vous permettront à vous-mêmes de traverser l’hiver en leur joyeuse compagnie.

Comments are closed.